Contrairement aux idées perçues, la sonothérapie est très loin de se limiter aux bols tibétains, diapasons et autres instruments traditionnels...

Il convient d'abord de préciser que la "médecine" antique ne partait pas du même postulat que la médecine moderne.
Si les mots ont un sens, nous parlions dans l'antiquité de thérapie et aujourd'hui de médecine.
La thérapie est un moyen de prévenir, traiter, soigner ou soulager une maladie.
Avec la médecine, exagérons un peu, on traite, soigne ou soulage. Les actes thérapeutiques préventifs ne sont plus une priorité, [à part pour réduire le déficit de la sécu.]
Donc, en se remettant dans le contexte de l'antiquité, lorsque vous tombiez malade vue l'état des connaissances sur le corps humain, ce n'était pas gagné. Du fait, les actes préventifs étaient quotidiens. Prenez l'exemple des grecs respirant la santé sur les statues olympiques, les romains avec leurs thermes et bains publics, les celtes avec leur connaissance des plantes qu'ils appliquaient au quotidien, etc...
Certaines traditions chinoises indiquent qu'il y avait un "médecin/praticien" par village, il traitait préventivement et quotidiennement ses villageois, chacun dans leur individualité. Et... si un villageois tombait malade, le thérapeute était chassé/banni du village, voire pire si le malade était un notable...

Il y a plus de 5000 ans, dans d'autres cultures et sur d'autres continents, la thérapie sonore semblait un mode de soin majeur. En voici quelques exemples :
- En Amérique, les incas par exemple utilisaient l'eau en cascade. Certains de leurs temples paraissaient spécialement aménagés pour y faire pénétrer des courants d'eau. Ceux-ci, une fois à l'intérieur, parcouraient une sorte de labyrinthe de pierre qui semblait émettre de sourdes ondes sonores. Des scientifiques se sont intéressés à la qualité vibratoire de l'eau qui jaillissait souvent sous forme de deux fontaines. Après un tel cheminement, ses propriétés étaient exceptionnelles. De fait, ce cheminement émettait certainement du "bruit". En s'interessant particulièrement aux sons, les archéologues ont remarqué des cavités ( un peu comme une guérite de château-fort ) proche du passage de l'eau, ces dernières étaient particulièrement usagées, traces naturelles de haute fréquentation humaine, usure artificielle.
- En Asie continental, la percussion ou l'action sur du métal était une forme majeure de thérapie sonore, de la "cloche" au bol tibétain. Fréquences indispensables pour un meilleur accès à l'état méditatif.
- En Afrique la percussion est aussi une forme majeure, ici, peaux de bêtes et bois sont les "ingrédients". L'état méditatif paraît un peu plus "bestial", on parle de rentrer en Transe.
- En Europe, la culture celtique ou grecque, par exemple, semble plus complexe dans son expression puisque elle met plutôt en avant le frottement/pincement sur corde avec la harpe ou la lyre (attribut d'Hermès). Une expression ouvrant les portes à l'harmonie mélodieuse qui peut être transforme la sonothérapie antique en musicologie, puis avec l'avancée médico-scientifique se voit re-classée dans la case culturelle.

A la fin du XIXème siècle, on découvre que les sons peuvent avoir une influence sur la physiologie, et l'on s'aperçoit qu'ils ont la capacité de modifier le débit sanguin. Pour la médecine, c'est une ouverture vers une nouvelle approche thérapeutique que l'on nomme aujourd'hui sonothérapie ou thérapie sonore.

De nos jours, la sonothérapie électronique apporte beaucoup de bénéfices dans le traitement des douleurs musculaires et articulaires. La médecine a également fait de grands progrès pour les diagnostics grâce à l'utilisation du scanner à ultrasons. Chez les kinésithérapeutes aussi, la pratique des ultra-sons est assez courante.

Ceci représente une petite introduction, merci de votre patience pour la suite du site, les applications, les différentes thérapies et informations, références et ressources utiles sont en cours de rédaction... Stay Tuned !


 
 
© 2018 therapie-sonore.com - Informations et ressources sur la sonothérapie | contact |